Tourner la fête d’anniversaire d’adolescent.

Cela faisait des semaines qu’il s’inquiétait de cette fête. D’accord, peut-être pas aussi ‘fretty’ que j’étais à peu près mon demi-siècle (aïe, ça fait toujours un peu malin) l’année dernière, mais je me mettais encore un peu dans le pétrin! Le DJ était réservé et heureusement payé par le fils aîné. Bon travail car avouons-le, les DJ coûtent la terre ces jours-ci. J’étais définitivement dans la mauvaise ligne lorsque Dieu a donné des conseils de carrière. Il ne m’a jamais dit qu’écrire ne serait jamais aussi fructueux que tourner disques (bien qu’il s’agisse en fait de cliquer sur des morceaux d’un ordinateur portable ces jours-ci – ouais allez comprendre !!).

Collations de fête


Quoi qu’il en soit, la veille du grand shindig, j’ai décidé d’acheter les «collations». J’avais décidé de ne pas manger de type dîner, car il s’agissait d’une fête pour « devenir une adolescente », alors j’ai pensé que des collations savoureuses éparpillées dans la salle seraient préférables. Une heure plus tard et un chariot rempli de tous les meilleurs d’Aldi, un sourire plutôt massif sur mon visage. Un à cause de la joie triomphante du « travail accompli » et deux parce que tout cela était pour moins de 50 £ – résultat !!! Ce que j’avais oublié bien sûr, c’est que notre minuscule cottage mitoyen a à peu près autant d’espace de rangement que les joues d’un hamster après un très gros repas ! J’ai fini par tout empiler dans la chambre du plus jeune fils, avec le faible espoir qu’il ne s’en apercevrait pas – ouais c’est ça! Heureusement, ce n’était pas la chambre du fils aîné, car on lui inflige le minuit dormir syndrome. Imaginez-vous vous réveiller avec une demi-tonne de paquets vides de choux au fromage, de tranches de bacon et de maïs soufflé (salés et sucrés), le tout arrosé de 16 bouteilles de boisson gazeuse pétillante.

Se préparer

Les collations sont donc restées hors de vue, pour la plupart d’entre nous en tout cas, et la journée s’annonçait grande. Moi et la fille d’anniversaire nous sommes fait coiffer le matin, puis lorsque ses amis sont arrivés, la fête de «préparation» s’est ensuivie. Un loooooong plus tard, nous étions prêts. La fête s’est bien passée, à part un peu de “boeuf” avec quelques filles. Je ne suis intervenu que pour être sidéré par l’attitude “ballsy” (cela signifie sanglant grossier) du principal coupable. Résister à l’envie de – eh bien je ne sais pas vraiment ce que je voulais faire (protection de l’enfance et tout ça). J’ai gardé mon sang-froid, j’ai en quelque sorte trié les choses et j’ai beaucoup marmonné sous mon souffle vieux d’un demi-siècle en m’éloignant. Mes pieds me font mal, les pieds de ma fille me font mal, en fait tout le monde me fait mal aux pieds – un bon signe lors d’une fête !

Tout le monde s’est bien amusé, et comment le sais-je ? Snapchat s’est déchaîné par la suite, et les ondes étaient animées par les selfies de la fête. Il y avait beaucoup d’utilisation du mot «malade» et des tas de potins. Bien sûr, nous avons fini par ramener à la maison la moitié des collations et des boissons, donc ce sont des cerceaux et de la pop à l’orange pour le petit-déjeuner, le déjeuner et dîner pendant quelques semaines. Bonus de fête !! Image par J. Ketelaars de Pixabay Image par isuru prabath de Pixabay